Comment gérer les terreurs nocturnes de votre enfant en bas âge ou d'âge préscolaire

Cette semaine, nous poursuivons notre série en deux parties sur les cauchemars et les terreurs nocturnes chez votre enfant en bas âge ou d'âge préscolaire. La dernière fois, nous avons examiné de près les cauchemars, leur apparition, leurs causes et la manière dont nous, parents, pouvons aider nos enfants à les surmonter.

Cette semaine, nous allons nous pencher sur les terreurs nocturnes. Les terreurs nocturnes diffèrent des cauchemars dans le sens où elles sont beaucoup moins fréquentes et beaucoup plus terrifiantes. Elles ont également tendance à durer plus longtemps que les cauchemars. En tant que parent, il est important de pouvoir identifier les terreurs nocturnes et de savoir comment aider votre enfant à les surmonter.

Dans l'article d'aujourd'hui, nous allons explorer ce que sont les terreurs nocturnes, les âges auxquels elles commencent et s'arrêtent généralement, et pourquoi les enfants les ont. Nous vous donnerons également quelques conseils utiles pour faire face aux terreurs nocturnes d'un enfant en bas âge.

Quand et pourquoi les terreurs nocturnes surviennent-elles ?

Les terreurs nocturnes sont assez courantes chez les jeunes enfants, puisqu'elles touchent environ 3 à 6 % d'entre eux. Bien qu'elles puissent être dérangeantes, il n'y a généralement pas lieu de s'alarmer. En fait, les terreurs nocturnes disparaissent généralement d'elles-mêmes lorsque les enfants grandissent.

Mais qu'est-ce que les terreurs nocturnes et qu'est-ce qui les provoque ?

Les terreurs nocturnes, comme leur nom l'indique, se produisent pendant la nuit. Elles sont très différentes des cauchemars, qui se produisent pendant le sommeil paradoxal. Les cauchemars provoquent généralement des sentiments de peur ou de terreur, tandis que les terreurs nocturnes se caractérisent davantage par des sentiments de confusion et d'agitation. Les enfants qui souffrent de terreurs nocturnes peuvent crier ou hurler dans leur sommeil, se débattre ou même sortir du lit.

Le sommeil est un processus que chacun d'entre nous traverse chaque nuit. Pour les bébés, il s'agit d'une transition vers le sommeil le plus profond de la nuit. Cela prend environ 30 minutes à partir de l'heure du coucher, car ils entrent dans le sommeil profond plus rapidement que les adultes. Le premier cycle de sommeil dure environ 60 à 90 minutes, et votre bébé (et vous) se réveillera brièvement lorsqu'il passera au deuxième cycle de sommeil.

Il s'agit également d'un sommeil profond, et c'est au cours des premières heures de sommeil que les bébés sont censés trouver leur sommeil le plus profond. Parfois, ce processus n'est pas aussi fluide et rapide, c'est pourquoi votre bébé se réveille parfois en pleurant. Toutefois, ce réveil est généralement bref et vous vous rendormez aussitôt. Il est normal de se réveiller brièvement.

Les terreurs nocturnes surviennent généralement pendant la phase de transition entre le sommeil profond et le sommeil léger, lorsque votre enfant est semi-conscient. Cette expérience peut être très effrayante, tant pour vous que pour votre enfant.

D'après certains chercheurs, ce qui se passe, c'est qu'une partie de votre esprit essaie de se rendormir et une partie de votre esprit essaie de se réveiller, et les deux essaient de gagner. C'est à ce moment-là que les terreurs nocturnes peuvent survenir.

Que sont les terreurs nocturnes ? Et en quoi sont-elles différentes des "événements confusionnels" ?

Les terreurs nocturnes et les événements confusionnels sont les deux faces d'une même pièce. Ils se produisent tous deux pendant les premières heures du sommeil, lorsque l'enfant passe du sommeil profond au sommeil léger. Les terreurs nocturnes ne sont pas courantes, mais les événements confusionnels le sont beaucoup plus.

Les épisodes de confusion peuvent être légers, comme le fait pour votre enfant de marmonner ou de gémir, de se retourner pendant un moment, puis de se rendormir. Mais ils peuvent aussi être très intenses, votre enfant semblant confus et hors de contrôle.

Si l'événement est un peu plus intense, votre tout-petit peut faire du somnambulisme. Saviez-vous qu'un enfant sur vingt est somnambule ? Le somnambulisme est un phénomène qui se produit lorsqu'une personne est dans un état de sommeil profond. Le cerveau est alors encore actif et la personne peut effectuer des activités comme marcher ou parler. La plupart des enfants somnambules ne se souviennent pas de l'expérience par la suite.

Cependant, pour certains enfants, l'événement peut être plus prononcé, comme sauter du lit et se déplacer dans la pièce. Ces enfants peuvent avoir l'air confus ou bouleversé et ne pas reconnaître les personnes qu'ils connaissent. Il peut être très difficile de les réveiller ou de les réconforter. Si votre enfant est somnambule, ne vous inquiétez pas, c'est tout à fait normal !

Les gens connaissent parfois de brefs épisodes de confusion (une minute environ), mais ces épisodes peuvent parfois durer jusqu'à 40 minutes. Les terreurs nocturnes sont un type très intense d'événement confusionnel, et pendant l'une d'entre elles, une personne peut avoir l'air terrifiée et même être violente. La plupart des terreurs nocturnes ne durent qu'entre 1 et 5 minutes.

Quelles sont les causes des épisodes de confusion et des terreurs nocturnes ?

Les épisodes de confusion et les terreurs nocturnes peuvent être causés par divers facteurs, notamment le manque de sommeil et le stress. Cependant, il est important de se rappeler que ces épisodes sont normaux et font simplement partie de la façon dont nous dormons en tant qu'êtres humains. Les réveils partiels et les épisodes de confusion sont normaux et se produisent dès la naissance. La confusion survient lorsque la pulsion de sommeil de votre corps rencontre la pulsion d'éveil de votre corps.

Par exemple, vous dormez et vous entendez le bébé pleurer. Vous vous levez, allez dans sa chambre et commencez à le nourrir avant d'être complètement réveillé. Vous ne vous souvenez peut-être même pas de la façon dont vous êtes entrée dans la chambre. Une partie de votre esprit était éveillée et une partie était endormie. Si vous êtes confuse, vous pouvez aller dans la salle de bains plutôt que dans la chambre du bébé puis vous vous demandez ce que vous faites jusqu'à ce que vous entendiez le bébé pleurer et que votre cerveau commence enfin à se réveiller.

Dès la naissance, il y aura des moments pendant les transitions du sommeil où la volonté de dormir de votre bébé sera mise au défi par sa volonté de se réveiller, et votre bébé pourra pleurer ou s'agiter entre les cycles de sommeil. C'est pourquoi il est important de ne pas interrompre le cycle de sommeil de votre bébé si vous pouvez l'aider. Il est préférable que l'envie de dormir l'emporte.

Si les événements confusionnels de votre enfant sont légers et irréguliers, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. En revanche, s'ils sont intenses ou fréquents, il est important d'en déterminer la cause et de la traiter (si possible).

Personne ne peut dire avec certitude ce qui provoque des événements confusionnels et des terreurs nocturnes chez certains enfants et pas chez d'autres, mais les experts s'accordent à dire que les facteurs suivants y contribuent certainement :

L'excès de fatigue

Les enfants qui sont constamment fatigués sont plus susceptibles de faire des rêves effrayants ou de souffrir de terreurs nocturnes. Ce problème peut être très grave, car il peut avoir des répercussions sur leur capacité à se développer pendant la journée. Il est important de veiller à ce que les enfants se reposent suffisamment afin qu'ils restent en bonne santé.

Perturbation des horaires et des routines de sommeil

Si l'heure du coucher et les horaires de sommeil de votre tout-petit ou de votre enfant d'âge préscolaire ont été perturbés pendant plusieurs jours consécutifs, il est plus probable qu'il connaisse un épisode de confusion ou de terreur nocturne. En effet, l'absence de routine peut entraîner un état de confusion et de désorientation chez les jeunes enfants. Pour aider à prévenir les terreurs nocturnes, essayez de maintenir l'heure du coucher et l'horaire de sommeil de votre enfant aussi cohérents que possible.

L'hérédité

Si vous avez des antécédents familiaux de terreurs nocturnes ou d'événements confusionnels, votre enfant est plus susceptible d'en souffrir également. Cela peut surprendre certains parents, mais la tendance à souffrir de ces troubles du sommeil est en fait génétique. Par conséquent, si d'autres membres de votre famille en ont fait l'expérience, ne vous inquiétez pas si votre jeune enfant ou votre enfant d'âge préscolaire en fait autant. Il n'existe pas de véritable remède aux terreurs nocturnes, mais avec de la patience et de la compréhension, elles peuvent généralement être gérées.

Troubles du sommeil

Savez-vous que les enfants souffrant d'autres troubles du sommeil, comme l'apnée du sommeil et le syndrome des jambes sans repos, sont plus susceptibles de souffrir d'événements confusionnels et de terreurs nocturnes ? Et ce n'est pas tout. La bonne nouvelle est qu'il existe des traitements pour ces troubles. Si votre enfant souffre de l'un de ces problèmes, demandez à votre médecin de lui apporter l'aide dont il a besoin.

Conscience de la vessie

Il est possible que la vessie de votre enfant soit à l'origine de ses épisodes de confusion. Il existe des preuves anecdotiques établissant un lien entre une vessie pleine et les épisodes de confusion, mais il n'y a pas de preuves tangibles à l'appui. Néanmoins, cela vaut la peine d'essayer de voir si le fait de réduire la consommation de liquides de votre enfant avant le coucher contribue à réduire ses épisodes de confusion.

Comment gérer les épisodes de confusion et les terreurs nocturnes ?

Les épisodes de confusion et de terreurs nocturnes peuvent être déstabilisants pour les parents. Cependant, il n'y a rien que les parents puissent faire pour arrêter ces épisodes une fois qu'ils ont commencé mais les conseils suivants peuvent vous aider à les surmonter :

Ne touchez pas votre enfant

De nombreux parents trouvent difficile de ne pas toucher leur enfant lorsqu'il est en proie à une terreur nocturne ou à un épisode de confusion. Cependant, les chercheurs ont découvert que le fait de tenir, de serrer dans ses bras et de bercer son enfant n'améliore généralement pas la situation. En fait, cela peut même l'aggraver. De nombreux parents ont découvert que le fait de s'allonger à côté de leur enfant est un moyen plus efficace de lui apporter du réconfort sans le toucher. De cette façon, vous êtes toujours près de lui et pouvez lui offrir un certain soutien.

N'essayez pas de réveiller votre enfant ou de le forcer à se réveiller.

Là encore, il s'agit d'un instinct parfaitement normal. Mais si vous criez ou secouez votre enfant pour le réveiller, vous risquez de l'effrayer encore plus et d'aggraver sa terreur nocturne. Essayez plutôt d'allumer une lumière tamisée et de parler ou de chanter doucement. Cela peut réveiller doucement et progressivement votre petit et lui apporter un certain réconfort.

Habillez votre enfant avec des habits légers pour le coucher

Habiller légèrement votre enfant pour le coucher est un excellent moyen de l'aider à rester au frais et à l'aise. Cela l'empêchera d'avoir des terreurs nocturnes ou des pensées confuses pendant son sommeil. Veillez à ce qu'il dorme sous des couvertures légères, afin qu'il n'ait pas trop chaud.

Essayez de réveiller votre enfant quelques heures après son coucher

Si vous avez du mal à faire en sorte que votre enfant reste au lit pendant la nuit, essayez de le réveiller quelques heures après qu'il se soit endormi. Réveillez-le à peu près au moment où votre enfant aurait normalement une terreur nocturne. Assurez-vous qu'il soit réveillé, demandez-lui de s'asseoir, ou de se lever et de marcher ; offrez-lui une petite boisson. Puis remettez-le au lit. Certains parents rapportent que cela fonctionne vraiment ; cela remet l'horloge du sommeil de l'enfant à zéro, d'une certaine manière, et empêche la terreur nocturne de se produire.

Veillez à ce que votre enfant ait le sommeil dont il a besoin

Veiller à ce que votre enfant dorme suffisamment est l'un des meilleurs moyens de prévenir les cauchemars et les terreurs nocturnes. Les tout-petits et les enfants d'âge préscolaire ont besoin de 11 à 13 heures de sommeil par jour, alors assurez-vous de leur accorder un sommeil réparateur. Prenez de bonnes habitudes à l'heure du coucher, par exemple en faisant des activités apaisantes avant de vous coucher, et évitez de laisser votre enfant trop fatigué. Ainsi, votre enfant pourra dormir suffisamment et sera moins susceptible de faire des rêves difficiles.

Avez-vous eu affaire à des terreurs nocturnes et à des événements confusionnels ? Quelle a été votre expérience ? Qu'avez-vous appris et quels conseils pouvez-vous donner aux autres parents qui vivent la même chose ?

Les derniers articles

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré