5 choses à savoir absolument sur le sommeil de votre enfant de 2 ans

Si vous suivez ce blog depuis un certain temps, vous n'êtes probablement pas étranger au concept de régression du sommeil. Vous en avez probablement fait l'expérience, n'est-ce pas ? 😉  Si vous êtes nouveau ici, cependant, laissez-nous vous mettre au courant. Une régression du sommeil fait référence à une période de temps pendant laquelle un bébé ou un jeune enfant qui dormait bien commence soudainement à se réveiller la nuit et pendant la sieste ou même à refuser de s'endormir tout simplement.

La plupart des bébés et des jeunes enfants connaissent plusieurs phases de régression distinctes : une à 4 mois, une autre à 8, 9 ou 10 mois, une troisième vers 18 mois et (comme si trois n'étaient pas suffisants !) une dernière vers 2 ans. Cet article se concentrera sur certains des défis qui entourent le sommeil de votre enfant de 2 ans, y compris les éléments qui font partie de la régression du sommeil à 2 ans.


5 faits sur le sommeil de votre enfant de 2 ans

 

1 : Le temps de réveil de votre enfant de 2 ans est plus long.

Au fur et à mesure que votre enfant grandit, il a de moins en moins besoin de sommeil qu'il n'en avait quand il était bébé. La plupart des enfants de 2 ans ont besoin d'environ 12 heures de sommeil sur une période de 24 heures, en moyenne ; comparez cela aux besoins d'un nouveau-né qui a besoin d'environ 16 heures de sommeil ! Et bien sûr, la plupart du sommeil de votre enfant se fait maintenant la nuit. Vous constaterez peut-être aussi que votre enfant de 2 ans résiste mieux que d'habitude à l'heure du coucher et qu'il s'endort tard. Il se peut aussi qu'il se réveille trop tôt. Tout cela se traduit pour vous par une diminution des temps d'arrêt (et peut-être même du sommeil !).

Note :
"A l'approche de l'été, la lumière reste plus tard et cela peut directement influencer l'horloge interne de votre enfant. Les nuits peuvent être plus courtes, mais c'est temporaire ! Il se peut qu'il soit vraiment incapable de s'endormir à une heure plus tôt".

10 conseils pour aider votre nouveau-né à dormir
2 : L'anxiété de séparation de votre enfant de 2 ans peut refaire surface à cette époque.

L'anxiété de séparation culmine vers 18 mois, mais elle peut apparaître de temps en temps jusqu'à ce que votre enfant ait 5 ou 6 ans (ou peut-être même après !) À l'âge de 2 ans, l'anxiété de séparation peut être basée sur une peur réelle ; votre enfant de 2 ans peut avoir peur d'être laissé seul ou avec des personnes qu'il ne connaît pas. Mais elle peut aussi provenir d'un désir de ne pas passer à côté du plaisir ! Votre enfant de 2 ans sait maintenant que lorsque vous partez, vous ne disparaissez pas comme ça. Au contraire, il sait que vous êtes parti dans un endroit pas très éloigné et que (dans son esprit, du moins) vous vous amusé sans lui. Il est compréhensible qu'il ne veuille pas être mis à l'écart ! Si cette anxiété de séparation fait surface dès que vous passez la porte pendant la sieste et/ou l'heure du coucher, elle peut perturber le sommeil de votre enfant.


Note :
"De nombreux parents signalent qu'ils doivent, tout d'un coup, rester avec leur enfant de 2 ans alors qu'il s'endort à l'heure de la sieste et du coucher. C'est tellement courant !"


3 : Votre enfant de 2 ans peut soudainement arrêter de faire la sieste.

Vers l'âge de 2 ans, certains tout-petits cessent brusquement de faire la sieste l'après-midi. Vous constaterez peut-être que lorsque vous coucherez votre enfant de 2 ans pour sa sieste, il passera toute l'heure à parler, à rire, à chanter et à jouer. Ou alors, vous pouvez trouver que la résistance, de votre enfant, à la sieste n'est pas si agréable que ça - il peut passer toute l'heure à crier ! Comme pour l'anxiété de séparation, cette résistance soudaine à la sieste peut venir du désir de votre enfant de ne rien manquer. Elle peut également être le résultat d'une prise de conscience de soi et d'une indépendance croissante - il devient plus conscient de ce qu'il veut, alors s'il ne veut pas s'allonger pour faire la sieste, il vous le fera savoir !

Nous conseillons aux parents de traiter cette résistance soudaine à la sieste comme une régression et non comme quelque chose de permanent. La plupart des enfants n'abandonneront pas complètement leur sieste avant 3 ou 4 ans. Il est préférable de rester simplement en accord avec l'emploi du temps et la routine de votre enfant de 2 ans, et de ne pas abandonner la sieste tout de suite.

Note :
"Tous les enfants de 2 ans sont différents, bien sûr. Une amie a dû arrêter de permettre à son fils de faire la sieste vers 2 ans et demi, parce qu'il faisait des siestes de 7 heures et qu'il se réveillait à 15 heures."


4 : Votre enfant de 2 ans traverse peut-être des transitions qui perturbent son sommeil.

Il y a quelques transitions courantes que votre enfant de 2 ans peut vivre :

Passage à un lit de grand garçon / grande fille : Bien que plus d'enfants fassent cette transition vers l'âge de 3 ans, certains tout-petits font ce pas à l'âge de 2 ans. Ce nouvel aménagement du sommeil peut rendre plus difficile pour votre enfant de 2 ans de bien dormir la nuit et de faire la sieste, car le nouveau lit ne lui est pas familier. Il se peut également que votre enfant profite de sa nouvelle liberté et qu'il se lève souvent. Cela se produit même si vous lui avez dit et redit de rester au lit !

(A noter : que vous le fassiez à l'âge de 2 ans ou que vous attendiez un peu plus longtemps, lorsque le moment sera venu de passer à un lit pour enfant plus grand, nous vous recommandons de bien vérifier la chambre de votre enfant).


L'apprentissage du pot : Là encore, la plupart des enfants ne sont pas propres avant l'âge de 3 ans (ou même plus tard), mais certains parents commencent à apprendre à utiliser le pot vers l'âge de 2 ans. Si votre enfant de 2 ans est en pleine période d'apprentissage, il se peut qu'il se réveille et ait besoin d'utiliser le pot. Même les enfants de 2 ans qui n'ont pas encore commencé cet apprentissage de propreté deviennent plus conscients de leurs fonctions corporelles. Il n'est pas rare que les tout-petits de cet âge se réveillent tôt le matin après avoir eu une vessie pleine ou besoin de faire caca. Découvrez notre réducteur de toilette avec marche pour enfant, idéal pour leur apprendre comment faire.

Et à l'âge de deux ans, la plupart des enfants sont beaucoup plus conscients de la sensation désagréable que provoque une couche pleine.


Un nouveau frère ou une nouvelle sœur : Bien sûr, cela ne s'applique pas à tous les enfants de 2 ans, mais vers l'âge de 2 ans, certains enfants se préparent ou s'adaptent à la présence d'un nouveau frère ou d'une nouvelle sœur. C'est un changement énorme pour les tout-petits, et (comme pour tous les changements majeurs) cela peut leur causer beaucoup d'anxiété. Ajoutez à cela le fait que le nouveau bébé vous cause probablement aussi de l'anxiété (car vous devez jongler avec plusieurs emplois du temps) et cela peut signifier que personne ne dort beaucoup !

"MPA-CAMILLE" (Si vous ne savais pas de quoi il s'agit, c'est que vous ne faites pas partie de notre communauté)


5 : Votre enfant de 2 ans peut commencer à avoir des craintes nocturnes.

A l'âge de 2 ans, votre enfant devient beaucoup plus imaginatif. Cela le rend très amusant et divertissant, mais la nuit, cela peut devenir un problème ! La plupart des peurs nocturnes des enfants de 2 ans sont déclenchées par l'obscurité et toutes les choses qui l'accompagnent - ombres effrayantes, monstres tapi sous le lit, etc. À cet âge, les tout-petits sont de plus en plus conscients du monde et se rendent compte qu'il y a des "méchants" et des choses qui peuvent leur faire du mal. Ces nouvelles peurs nocturnes peuvent conduire à des choses comme des cauchemars, et même des terreurs nocturnes. Découvrez ici comment gérer l'angoisse de séparation de votre bébé


Note :
"Mon aîné a commencé à avoir peur des dinosaures, peu importe le nombre de fois où j'ai essayé de définir le mot "éteint". 🙂 Ce ne sont pas toujours des peurs rationnelles pour nous, les adultes, mais elles sont très réelles pour eux, alors soyez patients et compréhensifs".

Comme pour toute régression ou phase, la meilleure chose à faire lorsque vous rencontrez ces problèmes est de faire face au mieux. Travaillez dur pour rester cohérent, et essayez de vous rappeler que cela ne durera pas éternellement. 🙂 Gardez également à l'esprit que vous ne voulez pas que votre enfant prenne de mauvaises habitudes pendant que vous travaillez à surmonter la régression du sommeil, alors laissez cela guider vos décisions sur la façon dont vous allez faire face. Comme je le dit toujours, "Ne transformez pas une phase de court terme en habitude à long terme."


Votre enfant de 2 ans a-t-il connu l'un de ces troubles du sommeil ? Comment y avez-vous fait face ? Ou vivez-vous cette situation en ce moment ? Faites défiler l'écran pour partager votre histoire et entendre d'autres parents comme vous !

Articles Récents

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré