Sommeil difficile pour bébé : Ce que vous ne savez pas et l'âge auquel cela se produit

Votre bébé ne trouve pas le sommeil, on appel ça "La régression du sommeil". C'est une phrase dont vous ne connaissiez probablement pas l'existence avant d'avoir un bébé, mais maintenant ? Maintenant que votre bébé se réveille toutes les 20 minutes, et que vous êtes épuisée au-delà de toute raison ? Maintenant que votre bambin mène une campagne féroce contre la sieste ?

Oui - "régression du sommeil" est une expression qui vous est probablement familière !

 

Régressions du sommeil : Que sont-elles

Une régression du sommeil décrit une période de temps (~3 à 6 semaines) pendant laquelle un bébé ou un jeune enfant qui dormait bien commence soudainement à se réveiller la nuit, à faire de courtes siestes et/ou à sauter des siestes sans raison apparente. Les parents décrivent souvent qu'ils sont pris totalement au dépourvu : vous pensez avoir surmonté tous les problèmes de sommeil de votre petit, quand soudain, sorti de nulle part, vous revenez à des réveils nocturnes constants et à des siestes inexistantes.

Frustrant, c'est le moins que l'on puisse dire !

 

L'âge de la régression du sommeil : Quand (et pourquoi) elles se produisent

N'oubliez pas que chaque bébé est différent, donc ce qui est vrai pour les bébés de vos amis ne l'est pas forcément pour les vôtres. En d'autres termes, votre bébé ou jeune enfant peut présenter de véritables signes de régression à certains de ces moments du mois, mais pas à d'autres.

Cela dit, il y a des âges où la plupart des bébés ou des jeunes enfants subissent une régression du sommeil :

 

Régression du sommeil à 4 mois

Celui-ci est permanent, les amis ! C'est-à-dire que les changements qui se produisent avec la régression du sommeil de 4 mois sont des changements permanents. À 4 mois, votre bébé a abandonné ses habitudes de sommeil de bébé et dort davantage comme un adulte - ce qui se traduit par des réveils nocturnes fréquents (et beaucoup d'agitation) ainsi que des siestes raccourcies.

 

Régression du sommeil à 6 mois ? Ou, une poussée de croissance ?

Durant ces dernières années, en travaillant avec des centaines de familles, j'ai remarqué qu'il n'y avait pas de perturbation du sommeil à 6 mois. Certains enfants de 6 mois ont des problèmes de sommeil vers cet âge, mais il n'y a pas de période de 3 à 6 semaines avec des problèmes de sommeil chroniques comme les autres régressions du sommeil énumérées sur cette page.

 

Régression du sommeil à 8 mois

La régression du sommeil de 8 mois est due aux étapes de développement qui se produisent autour de 8 mois, 9 mois et 10 mois. À ce stade, la plupart des bébés font de grands progrès sur le plan physique : ils apprennent à ramper, à se hisser, à naviguer, etc. Le développement du cerveau est également très avancé à ce stade. Votre bébé absorbe le langage comme un fou !

Enfin, la plupart des bébés se font au moins quelques dents pendant cette saison. Si l'on additionne tout cela, on obtient plus de réveils nocturnes, des siestes plus courtes (ou même sautées) et un bébé grincheux sur les bras.

 

Régression du sommeil à 9 mois

La régression du sommeil de 9 mois n'est en fait que la continuation de la régression du sommeil de 8 mois ci-dessus. Cependant, certains bébés n'entament cette difficulté à trouver le sommeil qu'à l'âge de 9 mois. Il n'y a rien de mal à ce que votre bébé dorme bien à 8 mois, mais pas à 9 mois.


Régression du sommeil à 10 mois

Tout comme la régression du sommeil à 9 mois, les sommeils difficiles à 10 mois ne sont en fait que l'aboutissement de la régression du sommeil à 8 ou 9 mois, selon le moment où votre bébé a commencé cette phase. La régression du sommeil dure en moyenne de 3 à 6 semaines, et certains jours/semaines seront tout simplement meilleurs que d'autres.

La principale différence avec les enfants de 10 mois est que beaucoup d'entre eux peuvent se tenir debout dans leur lit, ce qui peut compliquer les choses.

 

Régression du sommeil à 11 mois

La régression du sommeil de 11 mois ne semble pas affecter autant de bébés que les autres régressions. Elle semble être moins fréquente.

En tout cas, cette régression a beaucoup à voir avec les siestes - plus précisément, vous pourriez découvrir que votre bébé commence soudainement à refuser sa deuxième sieste, et essaie de s'en sortir avec une seule sieste.

Beaucoup de parents pensent qu'il s'agit d'une transition normale et que cela signifie que leur enfant est prêt à faire une seule sieste par jour.

Cependant, nous conseillons vivement aux parents de considérer cette sieste comme la régression du sommeil qu'il est le plus probable de connaître. La plupart des jeunes enfants ne sont pas vraiment prêts à faire une seule sieste par jour avant l'âge de 15 à 18 mois, en moyenne.

 

Régression du sommeil à 12 mois

La régression du sommeil à 12 mois est en fait la même que celle à 11 mois, bien que si votre enfant commence celle-ci à 12 mois, il est possible qu'il fasse une seule sieste en avance. Il est néanmoins préférable d'être prudent et de considérer cette perturbation comme une régression du sommeil pendant quelques semaines pour en être sûr.


Régression du sommeil à 15 mois

À 15 mois, votre enfant apprend peut-être à marcher, ce qui peut perturber son sommeil. Mais, en règle générale, si votre enfant de 15 mois commence soudainement à avoir des troubles du sommeil, il est fort probable qu'il commence à faire une seule sieste.

Il s'agit d'un âge où il est très fréquent que votre enfant commence à se réveiller la nuit parce que deux siestes sont trop longues ou parce qu'il a cessé de faire une deuxième sieste et est trop fatigué à l'heure du coucher.À cet âge, il n'y a pas une période de 3 à 6 semaines de problèmes de sommeil qui disparaît soudainement. La plupart des problèmes de sommeil autour de cet âge sont liés à un problème d'horaire.

 

Régression du sommeil à 18 mois


Oh, les parents - celui-là est assez exceptionnel. Pourquoi ? Parce que maintenant, votre bébé est un bambin - un bambin qui marche, parle (enfin, babille au moins), fait des crises de colère. Cette régression a beaucoup à voir avec l'indépendance retrouvée de votre jeune enfant.

Il apprend que - devinez quoi - il a des opinions et des choses ! Et - mieux encore - qu'il peut exprimer ces opinions en criant "NON !" à plein volume ! L'angoisse de la séparation entre également en jeu ici ; votre enfant peut être réellement angoissé lorsque vous partez à l'heure de la sieste ou lorsque vous sortez de la chambre à l'heure du coucher.

Enfin, la dentition est toujours un facteur à 18 mois - les tout-petits ont souvent les molaires qui poussent (ces grandes dents douloureuses !) à cette période.

 

Régression de 2 ans de sommeil

Pour être honnête, la régression du sommeil de 2 ans est un peu moins simple que les autres. C'est parce qu'il y a une variété de facteurs qui peuvent en être la cause. Tout d'abord, le temps d'éveil de votre enfant de 2 ans s'allonge, mais au fur et à mesure qu'il fait cette transition, cela peut perturber son sommeil.

Il est probable que votre enfant traverse également de grandes transitions dans sa vie, comme l'apprentissage de la propreté et le passage à un lit pour enfant (et peut-être même l'arrivée d'un nouveau frère ou d'une nouvelle sœur !)

Et, vers 2 ans, beaucoup de bambins commencent à faire de véritables cauchemars (ou même des terreurs nocturnes). Tout cela peut conduire à des crises du sommeil très réelle et très épuisante vers l'âge de 2 ans.

Vous trouverez ici 5 conseils sur la régression du sommeil à deux ans : 5 choses à savoir sur le sommeil de votre enfant de 2 ans

 

Régressions du sommeil : Comment les dépasser

 

Vous connaissez le quoi, le pourquoi et le quand de la régression du sommeil des bébés et des jeunes enfants - que diriez-vous du "comment" ?

Comme dans : "Comment diable puis-je réparer cela et retrouver mes paisibles nuits de sommeil ?!?!

Pour commencer, n'oubliez pas que la régression du sommeil à 4 mois est un changement permanent - il n'est pas possible de revenir à la situation antérieure. Une fois que vous aurez passé le pire des quatre mois de sommeil difficile, vous voudrez vous concentrer sur l'aide à apporter à votre bébé pour qu'il brise ses associations de sommeil et qu'il apprenne à s'endormir sans votre aide. Une fois qu'il y parviendra, il sera en bonne voie pour dormir toute la nuit. Et vous établirez également un horaire de jour plus stable.

 

Pour ce qui est des autres régressions du sommeil, voici quelques conseils pour vous aider à faire face à la situation SANS défaire tous les progrès réalisés jusqu'à présent :

  • N'ayez pas peur d'offrir des aliments supplémentaires. Les poussées de croissance peuvent être une composante des régressions du sommeil, alors ne vous inquiétez pas de proposer une alimentation supplémentaire la nuit (ou même le jour) ici et là. N'oubliez pas - c'est temporaire ! Vous finirez par revenir à votre horaire normal.

 

  • Offrez du confort selon vos besoins, mais évitez de prendre de nouvelles (ou de reprendre de vieilles) mauvaises habitudes. Vous devrez certainement offrir à votre bébé ou jeune enfant de nombreux baisers et câlins supplémentaires pendant une régression du sommeil, et c'est bien ainsi ! Mais évitez de créer de nouvelles associations de sommeil - évitez de bercer votre bébé pour l'endormir régulièrement, ou de l'allaiter pour qu'il dorme. Évitez également de reprendre vos vieilles mauvaises habitudes : si vous avez sevré votre enfant de la tétine, par exemple, ne recommencez pas à lui offrir la tétine pendant une période de régression du sommeil.

 

  • Sollicitez de l'aide en vous appuyant sur votre partenaire ou votre famille. Les régressions du sommeil durent un certain temps (jusqu'à 4-6 semaines, dans certains cas !) Et si vous faites preuve de diligence et essayez de vous en sortir sans créer de nouvelles associations de sommeil, vous serez forcément fatigué. C'est le moment de demander de l'aide à tous ceux qui vous en offrent ! Faites-vous aider par des amis ou des membres de votre famille (soit pour votre petit, soit pour la gestion du ménage).

 

  • Proposez une heure de coucher plus tôt si nécessaire. Les régressions du sommeil peuvent conduire à un manque de sommeil, ce qui peut entraîner une fatigue excessive, qui peut rapidement se transformer en un manque de sommeil supplémentaire. Aïe ! Alors pour éviter l'épuisement, proposez une heure de coucher plus tôt si nécessaire.

Comment gérez-vous les régressions du sommeil de votre petit et à quel âge ont-elles eu lieu ? N'hésitez pas à partager vos conseils ou poser des questions pour entendre d'autres parents comme vous !

Articles Récents

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré